Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 Mar

La planète ski ?

Publié par Alain Bustin

La planète ski ?

Bonjour les Zamis,

Je dédie cet article à mes amis du Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne avec un coucou particulier à Yann, Franck et Marc :-) sans oublier les pisteurs secouristes toujours en première ligne sur les pistes. Comme beaucoup d'entre nous, eux aussi, leur passion, c'est la montagne. Mais Gendarme secouriste, c'est évidement bien plus qu'un métier, c'est une vocation qui s'appuie sur un sens profond des valeurs.

Dans l'intitulé de mon blog, il y a le mot plaisir ! A voir quotidiennement certains comportements troublants, je me pose la question : Est-il possible de trouver du plaisir dans l'égocentrisme ? L'exemple de ce lundi :

Parti seul à la découverte d'un nouvel itinéraire de ski-rando, je rejoins dans la montée un Suédois et une Canadienne et je décide de les accompagner un bout, ils sont très sympas et en plus cela augmente la sécurité "aucazou". Par moment, l'itinéraire longe une piste de ski sur laquelle descendent des centaines de skieurs. Je papote avec le Suédois et très vite, la Canadienne se retrouve seule loin devant. Tout à coup, mon regard est attiré par une tâche sombre au milieu de la piste et soigneusement évitée par les skieurs et surfeurs. C'est début mars, je suis à 1800 m et déjà une pointe de rocher qui apparaît ? Bizarre. Nous nous rapprochons de plus en plus et à un moment, plus aucun doute, ce n'est pas un rocher mais bien un surfeur étendu sur le sol. Il semble bien K.O et toujours des dizaines de skieurs et surfeurs qui passent à côté sans s'arrêter ! Nous quittons notre itinéraire pour rejoindre la piste et le surfeur étendu au sol. C'est un Anglais, il est conscient mais il ne peut plus bouger car il est certain d'avoir l'épaule brisée ! Prudemment, nous le libérons de son surf, il souffre le martyr. Par deux fois, j'aperçois un moniteur avec son groupe. Je crie, personne ne s'arrête ! Incroyable. Je dispose nos bâtons en croix devant le blessé, je lève les bras en V, et au passage d'un autre moniteur, je hurle. Enfin, un qui s'arrête mais 50 mètres plus bas, il me fait comprendre qu'il va m'envoyer des secours. Heureusement, ceux-ci arrivent très très vite mais la blessure de l'Anglais semble sérieuse et exige la présence du docteur. Le sauveteur nous remercie et m'informe que nous pouvons repartir, d'autres sauveteurs arrivent très vite. Le sommet atteint, je décide de redescendre par la piste et à ma grande surprise, je constate que le blessé est toujours là ! La zone de sa chute bien balisée pour en interdire l'accès et quatre sauveteurs à son chevet. L'un d'eux me reconnait et me dit que je peux aller près du blessé car une procédure médicale est en cours pour le sécuriser avant de l'évacuer. L'Anglais est content de me revoir, me remercie dix fois. Il dit que c'est con car c'était son dernier jour de vacances et que ce n'est pas demain qu'il rentrera en Angleterre... Je lui souhaite bonne chance et je repars... Pour terminer l'article, voici une citation de Matthieu Ricard :

À l’exception des catastrophes naturelles, la majorité des souffrances humaines sont dues à la malveillance, l’avidité, la jalousie, l'indifférence, bref à l’attitude égocentrique qui nous empêche de penser au bonheur d’autrui.

A méditer !

Commenter cet article

Archives

À propos

Communiquer l'amour de l'écriture, de la montagne, du plaisir de la parcourir...